Une réhabilitation du site existant n’aurait-elle pas été plus simple ?
Au début du projet, une étude a été menée pour apporter une réponse à cette question. Tous les paramètres ont été pris en compte et chiffrés. Il a vite été démontré qu’il serait plus coûteux de reconstruire au même endroit. En effet, il aurait fallut mettre bout à bout les destructions et les reconstructions, les solutions temporaires, et cela aurait entraîné un manque à gagner du fait de l’obligation de mettre des services complets en « stand by » dans l’attente de nouveaux locaux, des coûts d’échelle moins intéressants que pour un seul chantier, etc.
Des fermetures ou déménagements temporaires auraient créé des désorganisations pour l’ensemble de l’hôpital, pouvant impliquer des risques pour la sécurité des patients. Pendant les travaux, il aurait été impossible de se garer sur le site. Or, le parking est déjà un problème conséquent à l’heure actuelle. Par ailleurs, compte-tenu de l’exiguïté du site, toute extension aurait provoqué des suppressions de places de parking et de verdure.

Enfin, une reconstruction aurait induit la reprise de l’organisation pavillonnaire que l’on sait non efficiente.